Ménopause : tous savoir sur l'arrêt du cycle menstruel.
Non classé

Ménopause : tous savoir sur l’arrêt du cycle menstruel.

Boutique de complements alimentaires

 

L’anatomie ainsi que la physiologie du système reproducteur féminin sont assez complexes par rapport au système reproducteur masculin. La ménopause est une étape très importante dans le cycle de vie de toutes les femmes. Elle peut être simplement définie comme l’absence du cycle menstruel pendant au moins 12 mois. La transition de la ménopause commence par une durée variable du cycle menstruel et se termine finalement par la période menstruelle.

 

La période de transition ménopausique est souvent appelée phase de périménopause, bien qu’il ne s’agisse pas d’un terme médical, mais qu’elle soit souvent utilisée lorsqu’il s’agit d’un profane. La période postménopausique est connue pour commencer après la dernière période menstruelle. La ménopause peut également être décrite comme une phase de la vie de la femme lorsque la fonction des ovaires se termine. Les ovaires sont les organes reproducteurs féminins, situés dans le bassin, de chaque côté de l’utérus. Chaque ovaire ressemble à une amande par sa forme et sa taille. Ils sont connus pour produire des ovules ainsi que l’œstrogène, une hormone féminine.

 

Un seul ovule est produit à partir de l’ovaire droit ou gauche au cours de chaque cycle menstruel. L’œuf pénètre ensuite dans la trompe de Fallope et atteint enfin l’utérus. Les hormones féminines sécrétées par les ovaires participent au développement des caractères sexuels secondaires chez la femme, comme le développement des seins, de la forme du corps et des poils. Ces hormones participent également à la régulation des menstruations et de la grossesse. Les œstrogènes sont également connus pour protéger les os et l’ostéoporose se développe chez une femme si les ovaires ne produisent pas une quantité adéquate d’œstrogènes. La périménopause est différente pour chaque femme et les chercheurs sont toujours confrontés à un dilemme quant aux facteurs régissant cette phase, l’étude est donc en cours d’exécution.

 

Début de la ménopause

 

Ménopause : tous savoir sur l'arrêt du cycle menstruel.En général, on sait que la ménopause entre dans la vie d’une femme à l’âge de 51 ans, mais personne ne peut prédire le moment où une femme entrera en ménopause. L’âge auquel débute le cycle menstruel dans la vie d’une femme n’est pas non plus corrélé avec le début de la ménopause. On sait que la majorité des femmes entrent en ménopause entre 45 et 55 ans, mais la ménopause peut également survenir à l’âge de 30, 40 ou 60 ans. La périménopause est caractérisée par des irrégularités dans le cycle menstruel suivies de symptômes typiques de la ménopause précoce et peut commencer 10 ans avant la dernière période menstruelle.

 

Conditions affectant la ménopause

 

Certaines conditions chirurgicales et médicales sont connues pour jeter leur sort sur le moment de la ménopause. Ces conditions seront traitées une par une.

 

  1. Ablation chirurgicale des ovaires

 

L’ablation chirurgicale des ovaires d’une femme en ovulation est connue sous le nom d’ovariectomie et entraîne une ménopause immédiate et la condition est parfois également désignée comme ménopause chirurgicale ou induite. Dans cette condition, il n’y a pas de périménopause et la femme ressent automatiquement les signes et symptômes de la ménopause. Les ovaires peuvent souvent être enlevés avec l’utérus et cette procédure est connue sous le nom d’hystérectomie.

 

Si l’utérus est retiré sans retirer les ovaires, ils fonctionnent normalement et produisent des hormones féminines, mais une telle femme n’est pas capable d’avoir ses règles. Dans cette situation, les symptômes de la ménopause surviennent naturellement. La femme peut ressentir d’autres symptômes de la ménopause comme des bouffées de chaleur et des sautes d’humeur. Ces symptômes ne peuvent pas être corrélés avec l’arrêt des menstruations. Une telle femelle est susceptible d’être affectée par une insuffisance ovarienne prématurée avant le début de la ménopause dans les 1-2 ans après l’hystérectomie. Si cette condition survient, la femelle ne ressentira pas les symptômes de la ménopause.

 

  1. Chimiothérapie et radiothérapie anticancéreuses

 

Le cancer est également connu pour affecter la fonction ovarienne. La chimiothérapie et la radiothérapie sont administrées à une femme selon le type et la localisation du cancer. Si ces traitements sont administrés à une femme en ovulation, ils entraînent l’arrêt des menstruations et les symptômes de la ménopause entrent en jeu. Les symptômes peuvent survenir pendant ou après le traitement.

 

  1. Insuffisance ovarienne prématurée

 

Cette condition peut être définie par l’apparition de la ménopause avant l’âge de 40 ans. Cette condition est fréquente chez 1% de la population féminine. La raison exacte de l’insuffisance ovarienne prématurée est bien inconnue, mais on pense que des maladies auto-immunes et des facteurs génétiques y sont associés.

 

Symptômes associés à la ménopause

 

Chaque femme éprouve un ensemble différent de symptômes. Certaines femmes présentent peu ou pas de symptômes de la ménopause, tandis que d’autres présentent une grande variété de symptômes physiques et physiologiques. Les principaux symptômes sont :

 

  1. Saignements vaginaux irréguliers

 

Les saignements vaginaux peuvent devenir irréguliers au début de la ménopause. Certaines femmes ont peu de problèmes de saignements anormaux pendant la périménopause, tandis que d’autres ont des saignements excessifs. Les périodes menstruelles peuvent survenir très fréquemment dans de courts intervalles ou peuvent s’éloigner de plus en plus avant de s’arrêter complètement. Il n’y a pas de schéma habituel de saignement pendant la périménopause, mais il peut varier d’un individu à l’autre. Si une femme a des règles irrégulières, elle doit consulter le médecin pour savoir si le problème est dû à la périménopause ou à un autre problème clinique. Les anomalies associées au cycle menstruel pendant la périménopause sont également responsables de la déclinaison de la fertilité féminine car la production d’ovules dans les ovaires devient également irrégulière.

 

  1. Bouffées de chaleur et sueurs nocturnes

 

Ménopause : tous savoir sur l'arrêt du cycle menstruel.Les bouffées de chaleur sont très fréquentes chez les femmes ménopausées. Une bouffée de chaleur peut être définie comme une sensation de chaleur se propageant dans tout le corps, mais est plus intense sur la région de la tête et de la poitrine du corps. Elle est parfois associée à des bouffées vasomotrices ainsi qu’à la transpiration. Elles peuvent durer de 30 secondes à quelques minutes. La cause exacte de la bouffée de chaleur n’est pas connue, mais on pense qu’elle est le résultat d’une action combinée de fluctuations hormonales et biochimiques provoquées par la baisse des niveaux d’œstrogènes.

 

On ne peut pas prédire quand les bouffées de chaleur surviendront et pendant combien de temps elles apparaîtront. Les bouffées de chaleur sont connues pour se produire chez 40% des femmes de moins de 40 ans ayant des cycles menstruels normaux. Ainsi, des bouffées de chaleur peuvent apparaître avant même la ménopause. Les bouffées de chaleur se terminent dans les 5 ans chez 80% des femmes entrant en ménopause et parfois elles peuvent durer environ 10 ans. Parfois, les bouffées de chaleur s’accompagnent de sueurs nocturnes entraînant un réveil, des difficultés à se rendormir entraînant une fatigue diurne.

 

  1. Symptômes urinaires

 

La muqueuse urétrale subit également des changements tout comme les tissus du vagin et devient plus sèche, plus mince, perd de son élasticité en raison de la baisse des niveaux d’œstrogènes. Ces changements augmentent le risque d’infections des voies urinaires ainsi que de fuites urinaires. La miction peut également se produire soudainement en toussant, en riant et en soulevant des objets lourds.

 

  1. Symptômes vaginaux

 

Les tissus vaginaux deviennent également plus minces, plus secs et perdent leur élasticité à mesure que les niveaux d’œstrogène diminuent. Les symptômes comprennent une sécheresse vaginale, des démangeaisons ou des douleurs pendant les rapports sexuels. Les changements vaginaux augmentent également le risque d’infections vaginales.

 

  1. Symptômes émotionnels et cognitifs

 

Les femmes entrant en périménopause éprouvent une variété de symptômes émotionnels comme la fatigue, l’irritabilité, des problèmes de mémoire et des changements d’humeur rapides. Il est difficile d’expliquer quel symptôme comportemental est directement associé aux changements hormonaux. Les symptômes émotionnels et cognitifs sont très fréquents chez les femmes, il devient donc parfois difficile de déterminer si ces changements sont dus ou non à la ménopause. Les sueurs nocturnes pendant la ménopause peuvent également entraîner fatigue et irritation.

 

  1. Autres changements physiques

 

La prise de poids est très fréquente chez les femmes pendant la ménopause. La répartition de la graisse peut également subir des changements et peut se déposer davantage dans la taille et les zones abdominales plutôt que dans les hanches et les cuisses. Des rides peuvent également apparaître sur la peau. Alors que le corps continue de produire de petits niveaux d’hormone mâle, la testostérone, certaines femmes peuvent développer des poils sur le menton, la lèvre supérieure, la poitrine ou l’abdomen.

 

Complications associées à la ménopause

 

  1. Ostéoporose

 

L’ostéoporose est très fréquente chez les femmes ménopausées. L’ostéoporose est la détérioration de la qualité et de la quantité d’os entraînant un risque accru de fracture. Cependant, la densité osseuse a tendance à diminuer normalement chez les femmes au cours de la quatrième décennie de la vie, mais elle diminue rapidement pendant la ménopause. L’âge et les changements hormonaux pendant la ménopause agissent ensemble, entraînant l’ostéoporose. Le processus peut se dérouler lentement pendant de nombreuses années. Les femmes peuvent rester inconscientes de ces changements jusqu’à ce qu’elles subissent une fracture douloureuse.

 

Le traitement de l’ostéoporose consiste à ralentir le taux de perte osseuse ainsi qu’à augmenter la densité et la résistance des os. Le traitement comprend des changements de mode de vie comme l’arrêt du tabac et de la consommation d’alcool, une activité physique régulière avec un apport suffisant d’une alimentation équilibrée riche en calcium et en vitamine D. Des suppléments de calcium et de vitamine D sont prescrits aux femmes qui ne suivent pas une alimentation riche en ces nutriments. Les médicaments responsables de la prévention de la perte osseuse comprennent l’alendronate, le risédronate, l’ibandronate et le tériparatide.

 

  1. Maladie cardiovasculaire

 

Les femmes avant la ménopause présentent un risque réduit de maladies cardiovasculaires par rapport aux hommes, mais la fréquence augmente généralement à l’approche de la ménopause. L’incidence des maladies cardiaques est très élevée chez les hommes et les femmes aux États-Unis. Les maladies coronariennes sont deux à trois fois plus élevées chez les femmes ménopausées. Cela peut être dû à la baisse des niveaux d’œstrogènes et il est conseillé aux femmes en post-ménopause de ne pas suivre d’hormonothérapie afin d’éviter le risque de crise cardiaque.

 

Traitements disponibles pour la ménopause

 

La ménopause est une étape normale de la vie qui ne peut être associée à une maladie. Cependant, le traitement des symptômes associés est possible et peut donc être pris en considération.

 

  1. Hormonothérapie (thérapie aux œstrogènes et à la progestérone)

 

L’hormonothérapie (HT) ou l’hormonothérapie substitutive (HPT) ou l’hormonothérapie postménopausique (PHT) est un traitement qui administre des doses d’œstrogènes et de progestérone. Elle est administrée afin de prévenir les symptômes associés à la baisse des niveaux d’œstrogènes tels que les bouffées de chaleur et la sécheresse vaginale. Les femmes recevant uniquement un traitement œstrogénique ont également un risque plus élevé de cancer de l’endomètre. L’hormonothérapie est disponible sous forme de pilules orales et de formes transdermiques. Les produits hormonaux transdermiques sont déjà sous forme active, ils n’ont donc pas besoin d’être convertis en forme activée dans le foie.

 

Comme ces produits n’ont aucun effet sur le foie, ils sont prescrits à la majorité des femmes. Les chercheurs s’intéressent de plus en plus à l’utilisation d’une hormone bio-identique pour les femmes en périménopause. Ces hormones ont les mêmes compositions chimiques que celles produites naturellement à l’intérieur du corps. Ces produits sont préparés en laboratoire à partir de produits végétaux d’origine naturelle et sont approuvés par l’USFDA et sont donc sur le marché. Ils sont également utilisés par voie transdermique sous forme de crèmes ou de gels. L’utilisation de l’hormonothérapie est basée sur la décision du patient et du médecin.

 

  1. Pilules contraceptives orales

 

Ménopause : tous savoir sur l'arrêt du cycle menstruel.Les pilules contraceptives orales sont une autre forme d’hormonothérapie prescrite aux femmes en périménopause afin de traiter les saignements vaginaux irréguliers. Avant de prescrire ces pilules, le médecin doit vérifier si les saignements vaginaux irréguliers sont dus à la périménopause ou à d’autres facteurs qui y sont associés. Ceux-ci ne soulagent pas les bouffées de chaleur mais empêchent une femme de devenir enceinte.

 

  1. Traitements locaux hormonaux et non hormonaux

 

La carence vaginale en œstrogènes est également traitée par les traitements hormonaux locaux. Ceux-ci incluent l’anneau vaginal d’oestrogène, la crème vaginale d’oestrogène ou les comprimés vaginaux d’oestrogène. Les traitements oestrogéniques locaux et oraux sont parfois combinés. Les crèmes ou gels hydratants vaginaux ou l’utilisation d’agents lubrifiants pendant les rapports sexuels sont des agents non hormonaux utilisés pour prévenir la sécheresse vaginale. L’application topique de Bétadine sur la zone vaginale externe ou le trempage dans une baignoire ou de l’eau tiède peut également faire revivre les symptômes de douleur vaginale ou de sensation de brûlure après un rapport sexuel.

 

  1. Médicaments antidépresseurs

 

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont une classe de médicaments les plus fréquemment utilisés pour contrôler les symptômes des bouffées de chaleur et ont donné des résultats positifs chez 60% des femmes. Les exemples courants de ces médicaments comprennent la venlafaxine, le citalopram, la fluoxétine, la paroxétine et la sertraline. Cependant, les antidépresseurs sont associés à certains effets secondaires comme la dysfonction sexuelle.

 

  1. Œstrogènes végétaux ou phytoestrogènes ou isoflavones

 

Les isoflavones sont des composés chimiques présents dans le soja et sont des œstrogènes d’origine végétale. La structure de ces œstrogènes végétaux est exactement similaire à ceux produits dans le corps, mais leur efficacité est quelque peu inférieure à celle des œstrogènes corporels. Leur puissance en œstrogènes est estimée à environ 1/1 000 à 1/100 000 de celle des œstrogènes naturels. Deux types d’isoflavones, à savoir la génistéine et la daidzéine, ont été dérivés du soja, des pois chiches et des lentilles qui sont considérés comme les phytoestrogènes les plus puissants. Certaines études ont montré que ces composés aident à soulager les bouffées de chaleur et autres symptômes de la ménopause. Les femmes atteintes d’un cancer du sein se voient également prescrire ces phytoestrogènes si elles ne souhaitent pas suivre d’hormonothérapie (HT) pendant la transition de la ménopause.

 

  1. Vitamine E

 

Certaines femmes ont signalé que la prise de suppléments de vitamine E peut également aider à soulager les bouffées de chaleur, mais ce fait manque de soutien scientifique. Prendre une dose supérieure à 400 UI de vitamine E n’est pas sans danger car cela augmente le risque de maladies cardiovasculaires.

 

  1. Actée à grappes noires

 

L’actée à grappes noires est une préparation à base de plantes populaire en Europe souvent prescrite contre les bouffées de chaleur. La North American Menopause Society ne soutient pas l’utilisation à court terme de cette préparation à base de plantes

 

  1. Thérapies non pharmaceutiques

 

Les survivantes du cancer du sein ou les femmes qui ne souhaitent pas prendre d’œstrogènes par voie orale ou vaginale se voient prescrire des lubrifiants vaginaux, mais ils ne sont pas très efficaces.
On peut donc conclure que la ménopause est un état naturel du corps et que les symptômes peuvent être contrôlés par les médicaments mentionnés ci-dessus.

 

Par Navodita Maurice   

 

Compléments alimentaires Ruedesplantes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *